Publicités

Je suis une femme…

Photo 6 Eleanore Eliczi

Je suis une femme,

je suis épouse, cuisinière, mère, je suis l’infirmière, l’institutrice, la confidente, la psychologue, la directrice….

Je suis l’amante, la maîtresse. Je suis la femme qui ne veut pas dormir seule, mais mourir de plaisir sous les caresses de mains avides de plaisirs. Je suis la maîtresse sans tabou, je suis celle qui sous un regard de braise se sent emplie d’une passion charnelle que seule une étreinte sauvage saurait épancher. Je suis celle qui ne craint pas vos jugements, car libre de mon corps.

Je suis une femme, une épouse, une mère, une amante, ni pute, ni soumise, je suis celle que je souhaite. Je suis toutes les femmes, je suis la femme 3.0 !

Je me suis battue depuis des siècles pour obtenir le droit au bonheur, mais d’autres en ont décidé autrement. Certaines de ma tribu, n’ont pas compris le chemin qui conduit à l’épanouissement. Elles veulent toujours plus et encore. Appliquant ce qu’elles ont combattu, atteinte par la soif intarissable du pouvoir, d’un besoin de reconnaissance, parfois de vengeance, pour ces ères de douleurs et d’indifférences, condamnant cette société patriarcale à la maxime : Oeil pour Oeil, dent pour dent ! Condamnant leurs sœurs à devoir toujours en faire plus. Les obligeant à choisir une liberté factice qui n’en est plus une, culpabilisant les brebis égarées, qui n’opteraient pas pour leurs actes révolutionnaires. 

La femme qui ne veut pas de pouvoir, d’argent ni de carrière, mais qui s’épanouie totalement dans son rôle de mère. Qui voue sa vie à ses enfants et leur bien-être, s’assurant qu’ils deviendront des adultes qui produiront des richesses, quel qu’elles soient, heureux et sachant reconnaître le bonheur. En quoi sont-elles condamnables, de ne vouloir que cette option. Et si le bonheur était sur ce chemin ?

La femme qui ne veut pas d’enfants. Sacrilège, enfanteras tu devras ! Sous le coup de l’hallali générale, elle fera toute sa vie le dos rond, faute d’avoir accepté d’avoir le ventre plein d’une future vie. Égoïsme ? ET si ces femmes avaient seulement comprit qu’elles ne pourraient pas tout avoir, tout donner, tout réussir et qu’elles aient tout simplement opté pour le droit à choisir d’être heureuse,  tel qu’elles l’ont décidée !

Je suis une femme, je suis libre d’être soumise, indépendante, célibataire, mère au foyer, amoureuse. Je suis une femme et j’ai le droit au bonheur tel que je le veux moi. Je suis une femme et je n’ai besoin de personnes pour me guider, n’en déplaise à me sœurs Femen, Chiennes de Gardes, ni pute ni soumise et autres guerrières. Je suis une femme je suis libre, libre de dire non, libre d’enfanter, libre de pratiquer le sexe comme je le souhaite et vous êtes libre de me juger et de perdre de précieuse minutes de votre vie à juger.

Ou vous pouvez, vous asseoir quelques instants et relire ce texte, encore et encore, jusqu’à ce que vous compreniez ….

 

Anonyme

Publicités
About Caroline Lizée (260 Articles)
Caroline Lizée, fondatrice du magazine web : Le Petit Revelois, premier journal gratuit de Revel (Haute-Garonne)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :