Ces enseignants dépassés qui insultent leurs élèves

Que ce soit au Collège, au Lycée ou à l’école élémentaire, certains enseignants et professeurs oublient parfois, sous l’agacement, la fatigue, l’accumulation, qu’ils sont aussi des mentors.

Bien souvent les propos humiliants et insultes du type « sauvages », bande de petits merdeux, vous êtes minable, espèce de petit couillons, vous me cassez les couilles….sont prononcés dans certaines classes d’établissements. Des enfants âgés entre 6 et 18 ans sont parfois victimes de cet harcèlement verbale, de ces propos, de ces rabaissements Nombreux sont les élèves dits « difficiles », qui sont montrés du doigt par des enseignants oubliant parfois leur self-contrôle et leurs devoirs d’impartialité, de patience et de tolérance.

Stéphane Furina, professeur d’anglais à Wormhout, dans le Nord-Pas-de-Calais dénonce  dans son livre « Pires que les élèves », la dérive et le manque de pédagogie de certains enseignants, fort heureusement encore assez rare, pour ne pas parler de majorité.

Pires-que-les-élèves-.jpgExtrait de son interview du 10 avril 2015 : « J’en ai assez des généralités sur les élèves, présentés comme des moins que rien qui n’auraient plus le niveau scolaire… On plaint régulièrement les professeurs qui ont des élèves très difficiles et c’est vrai. Mais une autre réalité, ce sont les élèves qui subissent des professeurs indignes de la profession, qui n’ont aucune pédagogie et passent leur temps à les rabaisser voire à les insulter…. »

Qu’est-ce qu’un bon prof selon vous ?

C’est celui qui se souvient de l’élève en difficulté qu’il a été un jour et qui agit en conséquence pour l’aider. Je suis loin d’être un enseignant parfait, mais quels que soient mes coups de gueule ou mes colères, je n’ai jamais insulté ni rabaissé un élève.

source Interview accordée au magazine : « Vounousils »

Les professeurs sont-ils des dictateurs ou des victimes ?

Le plan contre le harcèlement dévoilé en 2015 par Najat Vallaud Belkacem, Ministre de l’Éducation nationale, contient tout un tas de mesures dont l’efficacité est pour le moment difficile à mesurer au sein des établissements. D’autant plus qu’un pan important à été négligé en ce qui constitue le harcèlement en milieu scolaire: Celui pratiqué par les enseignants eux-mêmes. Les cas ne sont pourtant plus isolés et de plus en plus de parents, se manifestent aujourd’hui en créant des associations, interpellant le rectorat de leur département, parfois même les tribunaux, car c’est un fait: au-delà des différences d’éducation, de castes sociales, intellectuelles, qui peuvent exister au sein de chaque classe et des divergences bien normales entre élèves et professeurs, qui nécessitent parfois des réunions avec l’équipe, la direction, les parents et l’élève, pour  repartir sur des bases saines, il arrive que des enseignants outrepassent leurs droits et en viennent à exercer sur un élève, un groupe, ou une classe entière de véritables humiliations verbales et psychologiques.

Le métier de professeur vocation ?ces-profs-qui-rabaissent-leurs-eleves

Dans notre système scolaire actuel, l’enseignant est également le supérieur de l’élève. Si la plupart des professeurs se souviennent de la vocation qui les a poussé à choisir cette voie, celle du partage de la connaissance, de la sagesse, il n’en reste pas moins que l’autorité, c’est lui et que parmi tous ces hommes et femmes qui enseignent àux enfants scolarisés, quelques enseignants semblent, d’après les témoignages récoltés pour le journal de Revel Le Petit Revelois, oublier les devoirs également liés à la fonction. Si le rôle premier de l’enseignant, est de transmettre ses savoirs et ses valeurs, il arrive parfois que se pose le problème d’impartialité, lorsque ce rapport hiérarchique est utilisé par le corps enseignant comme un permis, pour asseoir un peu plus sa supériorité.

Hormis une séance d’inspection tous les six ans, professeurs et élèves se retrouvent face à face, durant chaque heure de cours de l’année.  Ce fonctionnaire qui instruit nos enfants, n’a de comptes à rendre à personne, et c’est à lui seul que revient la décision de rapporter tel ou tel incident qui aurait pu survenir dans la classe. Un degré de liberté très souvent bienvenu lorsqu’il est utilisé avec bienveillance, mais qui devient un terrible vecteur de partialité pour les professeurs franchissant parfois la ligne blanche.

En matière de comportement à adopter face aux élèves, tout est affaire de convictions, de personnalité. Brandir la menace (d’une punition, d’une mauvaise note, d’une impossibilité à obtenir le cursus demandé, de commissions éducatives ou disciplinaires), agité le drapeau du renvoi, le montrer du doigt comme étant ingérable, fait hélas partie du quotidien des établissements.  Mais il existe d’autres méthodes, utilisées plus souvent, celle de les aider et leur faire comprendre pourquoi ils sont là: devenir des adultes responsables, capables de raisonner par eux-mêmes.

Ils tentent, pour la majorité , de se montrer cohérents avec leur vision de l’enseignement et s’investissent totalement dans la scolarité et la réussite de leurs élèves. Quelques uns semblent hélas, prêts à tout, pour que la salle de classe soit leur territoire.

Anciens collégiens et lycéens témoignent :

Désormais en Fac de Psycho, une ancienne élève, originaire de Revel, Léa, 21 ans, nous confie ses souvenirs de son année de seconde :

 » Il arrivait qu’un prof nous traite d’idiots ou de minables. Comme c’était notre harcelement-enfantsprofesseur et que nous n’avions que 15 ans, on n’a jamais vraiment réagi « .

 En Loire Atlantique, des faits similaires, ont conduits des parents d’élèves victimes de ce genre d’agression a demander un rendez-vous auprès du personnel de direction du collège. À quelques mois de la retraite, l’enseignante a été discrètement mise en pré-retraite, afin d’apaiser parents et élèves tout en évitant que la presse locale n’en fasse la une.

Pour un geste similaire, un élève serait immédiatement passé devant le conseil de discipline, et aurait été très probablement exclu de l’établissement. 
Du côté du témoignage de professeurs, la plupart, se disent toutefois très choqués par les propos et débordements attestés de leurs collègues :

Ancien élève, aujourd’hui professeur, ils témoignent sur la toile : 

En tant qu’élève, j’ai le souvenir d’un professeur de mathématique, qui nous avait terrorisé, mes camarades et moi. Aller en classe la peur au ventre est un sentiment que je ne souhaite à personne. C’est d’ailleurs pourquoi en tant qu’enseignant, j’essaie d’en faire un lieu de confiance, que personne ne soit jugé, quel que soit son niveau scolaire, son genre ou ses origines. Ce professeur nous punissait au moindre bruit. Une règle tombant par terre, un éternuement répétitif, des questions qui lui paraissaient un peu idiotes et c’était l’exclusion de la classe.  Thomas professeur de français

Un collègue parle mal aux élèves!

Un de mes collègues assez âgé et très digne d’apparence, ce qui est d’autant plus étrange, insulte régulièrement les élèves : « *** » à un élève qui se retournait les ciseaux à la main (certes…), « petits cons, rangez-vous! », « dépêchez-vous d’entrer en classe ou je vais vous y faire rentrer à coups de pied dans le cul », les deux dernières répliques ayant été prononcées devant des collègues différents. Amaliah professeur de SVT

Pour ma part, rien n’excuse que l’on s’adresse aux élèves ainsi. On est censés donner un minimum l’exemple. Comment cautionner leurs paroles irrespectueuses si on se permet aussi la même ?  Nell professeur de mathématique
Témoignages récoltés auprès d’enseignants via une enquête en ligne

Élève contre prof

Dans certains collèges et de lycées, on entend les chefs d’établissements et les CPE ces-profs-qui-rabaissent-leurs-elevesaffirmer parfois, aux élèves que leur parole a moins de valeur que celle du professeur, tout en tenant aux parents, un autre discours, se voulant rassurant sur leur impartialité, face à leurs professeurs qui pourraient sortir du cadre du respect.

Effectivement, dans l’univers de l’école, l’enseignant est un modèle de vertu, qui ne sembleraient jamais se tromper, tandis que l’élève est… un ado, pour si peu qu’il soit un élève moyen ou agité, alors le couperet tombe ! Bien souvent on lui propose la voie professionnelle.

La parole de l’enfant et de l’adolescent sont insuffisamment prises en compte

Les ressentis et les compte-rendus des enfants et adolescents, sembleraient peu pris en compte par les équipes de direction de ces établissements signalés. Alors, il arrive parfois, qu’un mineur qui émet une plainte à propos d’un enseignant,  voit ses griefs détournés.  » Il ne respecte pas lui même le professeur en étant agité, amuse la galerie, perturbe le cours, manque d’atomes crochus avec le professeur, manque d’intérêt pour sa matière, sentiment d’injustice lié à une décision précédente «  : il s’agit généralement d’arrondir les angles en trouvant des justifications annexes au propos formulés par l’élève, afin de préserver l’autorité de l’enseignant. Jonglage complexe pour les proviseurs et Cpe d’établissements scolaires.

De la Fiction à la Réalité

Dans le film Entre les murs, Laurent Cantet revient sur des différents entre François Marin, professeur et les deux déléguées de sa classe. Agacé et énervé il finira par manqué de respect à ces élèves, tenant des propos non compatible avec cette fonction, surtout face à des mineurs, dont il est l’exemple. Prenant les devant le professeur rédige un rapport sur l’incident en omettant volontairement les termes blessants employés à l’égard des deux élèves. Devant jongler entre sa version et celle des collégiennes, la CPE de l’établissement lui demande de confirmer qu’il n’a pas tenu ces propos. Et c’est effectivement ce qu’il fait. Bien qu’une vingtaine de témoins ait pu constater que le professeur est allé légèrement trop loin, il ne sera finalement pas inquiété, ni même remis à sa place, pour ses propos.

Ce genre d’événements n’arrive pourtant pas que dans les films. Certains témoignages d’élèves, parents et mêmes de professeurs, démontrent que quelques enseignants, (cela reste toutefois encore des cas isolés, sur ce secteur d’activité), sembleraient avoir du mal à respecter les limites, se réfugiant derrière leur fonction, pour imposer leur version des faits.

Il est temps en tout cas de faire de l’univers scolaire un lieu de confiance réciproque, où chacun puisse reconnaître ses erreurs sans honte, que ce soit du côté de l’équipe éducative, comme du côté des élèves et leur famille. Tout n’est pas rose dans l’éducation nationale, mais l’essentiel est de se servir des erreurs passées pour avancer tous ensemble dans le bon sens. N’oublions pas qu’aujourd’hui l’école est obligatoire et gratuite et permet l’instruction et l’ouverture sur le monde.

Caroline Lizée

A Lire le témoignage de Mara Goyet, un professeur ne veut pas baisser les bras, face à un élève difficile. Source Le Monde

Publicités

2 réflexions sur “Ces enseignants dépassés qui insultent leurs élèves

  1. Je trouve l’article plutôt juste, même si ça ne fait pas super plaisir d’être a nouveau dans la ligne de mire. J’avoue an certains de mes collègues ont parfois des propos un peu dur envers leurs élèves, mais certains élèves ne leur laissent pas le choix, non plus. On reste de êtres humains 🙂 et notre patience atteint parfois ses limites. Pour ma part j’essaie la ommunication avec mes élèves, même si ce n’est pas toujours facile. Mais je sais que ce qui est dit dans cet article est aussi vrai ….malheureusement !

    J'aime

  2. Article très juste et très réaliste. Quand l ‘éducation nationale osera se remettre en cause ? A force de prôner « l’élitisme » et la filière S ne récolte t elle pas ce qu’ elle a semé? Des classes ingérables, des professeurs excédés et démotivés. On entends beaucoup parler des professeurs insultés par des élèves mais le contraire existe aussi….. Merci madame la journaliste d’ avoir osé en parler.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s